Indonésie : de l’huile de palme contre des avions

525
A330-200
© Airbus 2008 - Fixion - Air Tanzania

L’Indonésie est le premier producteur d’huile de palme au monde.

C’est aussi sa première exportation avec plus de 8 % en valeur de son export.

Une partie de cette huile est convertie en jet fuel. L’OACI, Organisation de l’Aviation Civile Internationale, évoquait lors de son congrès de Mexico en juin 2017, un objectif de 50 % de biofuel d’utilisé par l’aviation commerciale en 2050.

Mais la culture de l’huile de palme est sévèrement critiquée par les mouvements environnementalistes ainsi que la Communauté Européenne.et les Etats-Unis.

La Communauté Européenne a d’ailleurs décidé d’éradiquer l’utilisation de biofuel dans les transports d’ici à 2030.
Les Etats-Unis ont pris des mesures anti-dumping à l’encontre de l’Indonésie.

L’Indonésie est aussi un des principaux clients de Boeing et d’Airbus. En effet, cet archipel géant voit sa classe moyenne se développer et ses besoins en transport aérien exploser. Les compagnies indonésiennes ont commandé des centaines d’avions dans les dernières années.
Aujourd’hui Lion Air, principale compagnie indonésienne, opère plus de 450 avions.

Le gouvernement indonésien, par la voix de son ministre du commerce, Enggartiasto Lukita, a annoncé qu’il n’autoriserait plus l’importation d’avions européens ou américains, si les compagnies indonésiennes n’étaient pas autorisées à produire des biodiesel en France et aux Etats-Unis.

Il est trop tôt pour dire jusqu’où ira cette menace mais c’est certainement un vrai sujet. D’un côté l’Indonésie dépend fortement de l’exportation d’huile de palme, de l’autre Boeing et Airbus ne peuvent se permettre de négliger ce marché en plein développement.

Quid de l’avenir des forêts et de leurs habitants ?